Etre heureux, ce n’est pas nécessairement confortable, Thomas d’Ansembourg

Tout d’abord, j’accroche complètement sur ce titre, qui dit tant de choses déjà, me parle beaucoup et a suffi en quelques mots à me remettre les idées un peu en place. « Etre heureux, ce n’est pas nécessairement confortable ». Ah bon ? Le bonheur, ce n’est pas que lorsque tout est bien installé pour notre confort et que tout tourne si bien que l’on s’endort même un peu ? On peut être heureux et que ce ne soit pas très confortable ? On peut être dans une situation avec de l’inconfort et être heureux ?

Bien sûr, on a immédiatement envie d’en savoir plus, et l’auteur du best-selleur « cessez d’être gentils, soyez vrais » (dont j’ai entendu beaucoup de bien mais que je n’ai pas encore lu et à voir ce livre-ci, je me dis que c’est une erreur à corriger…) continue à ne pas nous caresser dans le sens du poil. En revanche, la lecture de l’ouvrage est, elle, très confortable et agréable. Cette édition illustrée par Alexis Nouailhat est aussi trés aérée, et les dessins gentiment humoristiques avec de petits personnages sympathiques mis en situation et les encadrés soulignent la vérité des propos de l’auteur en faisant sourire.

Thomas d’Ansembourg part du postulat que pas plus qu’autre chose le bonheur ne nous tombe tout cuit dans le bec, mais que la bonne nouvelle, c’est que être heureux, c’est comme le reste, cela s’apprend. Et on va donc ici avoir droit à quelques leçons: définition du bonheur, pièges anti-bonheur très répandus et clés pour les déjouer, listes de nos sentiments et de nos besoins,…

Je pense que c’est un beau livre à offrir à toutes les personnes dont vous avez envie de faire le bonheur. D’autre part, il peut convenir à tous types de lecteurs, grâce aux illustrations qui en font une lecture légère et néammoins très profonde. Ce qui peut-être l’occasion de faire découvrir un livre de développement personnel à des personnes qu’un plus gros ouvrage pourrait effrayer. C’est aussi un excellent livre à s’offrir pour faire son propre bonheur, à garder comme livre de chevet et à lire et relire jusqu’à ce que la leçon soit bien assimilée.

Plus d’informations sur Thomas d’Ansembourg sur le site des Editions de l’Homme.

Découvrez aussi  ma chronique de Des choses à vous dire de Jacques Salomé chez le même éditeur.

3 commentaires sur “Etre heureux, ce n’est pas nécessairement confortable, Thomas d’Ansembourg

Ajouter un commentaire

  1. J’ai lu « Cessez d’être gentils, soyez vrais » . C’est un livre sur la communication non-violente. J’avais suivi une formation sur ce thème lorsque je travaillais chez l’Oréal et comme j’avais beaucoup apprécié cette formation, j’ai acheté et lu le livre! J’ai beaucoup aimé mais je devrais le relire. C’est d’ailleurs aussi un livre de chevet, puisque je le trimballe dans mes bagages depuis 10 ans de pays en pays. Il était posé sur l’étagère juste à côté de mon bureau, je n’ai eu qu’à tendre la main pour contempler sa couverture! Ca me donne envie de le relire tiens, ça pourrait faire partie de mes bonnes résolutions de 2017!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :