Chronique invitée: Oldforest, de Pierre-Yves Touzot par Stéphanie Halan

  • J’ai la joie d’accueillir la première des chroniques  invitées (nouveauté que je vous avais expliqué dans cet article ), rédigée par Stéphanie Halan, que vous pouvez retrouver également sur son blog le phare littéraire  et sa page Facebook , pour lire ses autres chroniques et en savoir plus sur son métier de correctrice littéraire.
    Elle a choisi de lire et de chroniquer le roman Oldforest, éditions du Caillou, que m’avait proposé son auteur Pierres-Yves Touzot. Mon intérêt pour cet ouvrage avait aussi été accroché par la très belle vidéo de présentation, à ne pas louper (lien ci-dessous dans la chronique).

    Oldforest, Pierres-Yves Touzot, éditions du Caillou

    DIGEST DU LIVRE :

     

    Dix ans après le décès de Déborah, son épouse, Anton Reed est de retour à Oldforest, parc national de l’Ouest canadien, réputé pour sa forêt originelle. Bien qu’il se sente coupable de sa disparition, il veut essayer de passer « à autre chose ». Mais il croise, brièvement et par hasard dans le seul village du parc, une heune femme qui lui ressemble, et il lui devient impossible de repartir sans obtenir de réponse. Avec l’aide d’Alaska, une photographe qui vit sur place, il va se lancer à sa recherche et à la découverte des secrets d’Oldforest, de son étrange communauté d’habitants et de sa mystérieuse forêt.

    MES RESSENTIS:

     

    Déjà attirée par la couverture, perçue comme une invitation. Ça ne vous suffit pas ? Alors visionnez la vidéo de présentation !! Bien sûr, il y a l’intrigue, ou devrais-je dire les intrigues… Cette quête de vérités, ralentie et perturbée par l’animosité environnante et des intérêts divergents, mais que rien n’arrête.

    Pour moi, le personnage principal, c’est LA NATURE. L’auteur décrit à merveille l’importance du moindre son ou changement de lumière… La nature magnifique, mystérieuse, une véritable immersion au sein de cette forêt, qui permet de rappeler que l’humain est bien peu de choses face à cette force tranquille. On peut s’y perdre ou s’y trouver… Y croiser des êtres et des esprits…

    Un roman qui tend à s’interroger sur nos comportements. J’y ai
    retrouvé le message délivré par la légende amérindienne du colibri : des actions individuelles et ponctuelles ne sont peut-être pas des révolutions, mais ce sont des
    changements, qui valent toujours mieux que de ne rien faire.
    Je suis reconnaissante à P. Yves Touzot de m’avoir confié son
    roman.

    L’IMPRESSION DE L’AUTEUR :

    Oldforest est effectivement un roman de nature writing dans
    lequel le rapport à la nature est essentiel. La forêt au cœur du
    roman, est un véritable personnage qui joue un rôle dans
    l’histoire mais aussi dans l’évolution des personnages. L’idée était
    d’inviter le lecteur à passer 300 pages au plus près de la nature,
    dans des conditions hivernales extrêmes, au fin fond du Canada,
    et de l’amener à travers la thématique du roman à s’interroger
    sur ce que l’avenir nous réserve. Mais Oldforest est avant tout
    un roman d’aventure, porté par deux personnages qui ont chacun
    leur histoire et leur objectif, à la découverte de cet endroit
    mystérieux et de ses secrets.
    Merci pour cette chronique, et rendez-vous très bientôt pour la
    suite d’Oldforest !

Un commentaire sur “Chronique invitée: Oldforest, de Pierre-Yves Touzot par Stéphanie Halan

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :