Chronique invitée, Je cours toujours dans les aéroports, d’Anna B.Gabrielle, par Anaël

Pour la deuxième chronique invitée, c’est l’auteur-nouvelliste Anaël qui a accepté de se prêter au jeu.  J’ai sélectionné le livre pour la Plume d’Isandre car la présentation de l’auteur me semblait se prêter complètement aux thèmes du blog, le voyage et les découvertes et apprentissages qu’il permet, notamment.

Voilà la présentation qui m’a été envoyée par Anna B. Gabrielle: C’est un ouvrage assez court, plutôt pour une lecture féminine je dirais, introspectif, où on suit l’histoire de Lucie qui, un peu perdue dans sa vie, décide de prendre un aller simple pour ailleurs. En suivant ses étapes, on rencontre aussi d’autres protagonistes, qui apprennent à Lucie mais également au lecteur des petites choses, essentielles, pour sourire chaque jour. Entre le deuil et la renaissance, la nostalgie et la joie intense, Lucie se promène dans les pays et dans sa vie et elle apprend.

La chronique d’Anaël:

Quand j’ai accepté de lire et de chroniquer un roman pour ce blog, je ne m’attendais pas
à ce qu’Isandre tape aussi bien dans le mille ! Une lecture légère, agréable et surtout,
qu’on ne lâche pas… Qui n’a jamais rêvé d’un tour du monde, seul, pour se retrouver soi-
même, faire de nouvelles découvertes et de nouvelles rencontres ? C’est ce que Anna B. Gabrielle nous offre sur un plateau d’argent avec son titre « Je cours toujours dans les aéroports ». Phrases courtes, un brin poétiques, on se laisse happer dans l’histoire sans s’en rendre compte. On vit les voyages de Lucie à travers des mots simples et puissants. On en apprend plus sur sa vie au fil des pages et nous suivons de près son évolution et les changements qui s’opèrent en elle. De ces décisions qui l’ont poussé ici et là à se perdre dans les aéroports. Mais pas que… Lucie est une héroïne que l’on aime ou que l’on déteste. Loin des stéréotypes actuels véhiculés dans les romans, elle n’est pas parfaite. Elle fume, boit, répète les mêmes erreurs avec « ces loups de passage ». L’histoire est palpitante, sans temps mort. Une plume magnifique, un livre que l’on veut garder toujours sur soi pour lire et relire ses passages préférés. Je conseille cette lecture aux personnes avides d’évasion, sans bouger de son canapé au coin du feu, en compagnie d’une bonne tasse de café.
Pour lire Je cours toujours dans les aéroports, d’Anna B.Gabrielle:

 

Un commentaire sur “Chronique invitée, Je cours toujours dans les aéroports, d’Anna B.Gabrielle, par Anaël

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :