Interview de Guy Morant: Le sang de nos pères, nouveau roman policier

Je vous ai déjà chroniqué 2 ouvrages de Guy Morant, les premiers de cette trilogie, Effondrements et  Embrasements. J’ai vraiment beaucoup aimé l’univers roman policier/thriller de cet auteur, et sa technique d’écriture qui nous emmène dans plusieurs niveaux de lecture. Je suis également impatiente de découvrir la suite des aventures de l’enquêteur Alaric Autier et de savoir ce qu’il devient dans ce nouveau volume. Mais les conditions actuelles ont obligé Guy Morant à repousser l’envoi du service de presse. Il a accepté de répondre à une interview pour me permettre de patienter un peu, en me donnant quelques indices sur son nouvel ouvrage.

1) Comment va Alaric Autier ? Pouvez-vous le présenter aux lecteurs qui ne le connaissent pas encore ? De qui sera-t-il accompagné dans ce volume ?

En ce moment, Alaric va bien, mieux qu’avant et après les deux volumes précédents. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Alaric Autier est un chef de groupe à la brigade criminelle de la SRPJ de Versailles. C’est un enquêteur très efficace, ce qui le rend paradoxalement impopulaire auprès de sa hiérarchie. Son talent principal, outre son intelligence, est de savoir animer et motiver son groupe pour résoudre les affaires qui lui sont confiées. Il n’agit jamais seul, et ne cherche pas à s’attribuer tout le mérite d’une réussite. Sur le plan personnel, sa vie amoureuse est un désastre, il est divorcé, il a du mal à profiter de ses loisirs et il a peu d’amis. Quand vous demandez de qui il sera accompagné, je peux imaginer que vous parlez plutôt des personnes qui lui rendent la vie impossible. Je nommerai donc dans cette catégorie un enquêteur de la section de recherche de la gendarmerie.

2) Sur quelle énigme se penche-t-il dans le sang de nos pères ?

Comme toujours, il y a deux fils narratifs. Le premier met en scène une journaliste qui assiste au décès de son mentor, un juriste fondateur d’un think tank et d’un média en ligne. Les circonstances de ce décès amènent cette femme à devenir lanceuse d’alerte, ce qui se traduit généralement par un paquet d’ennuis. Le deuxième fil concerne directement Alaric et son groupe. Un député de la majorité et sa femme ont été assassinés. L’affaire est traitée par les gendarmes, mais on retrouve dans la bouche de la femme une coupure de journal concernant une affaire résolue par le groupe Autier. Comme les deux enfants du couple manquent à l’appel, une course contre la montre commence pour les retrouver.

3) Pourquoi « le sang de nos pères » ?

Le titre fait partie de l’énigme. D’ores et déjà, on peut dire qu’il évoque le passé, la génération antérieure, la violence, c’est-à-dire précisément les thèmes du roman. Mais il y a plusieurs autres sens, que je ne dévoilerai pas. Mes lecteurs savent que j’aime bien jouer avec la polysémie des titres. Celui-ci ne fait pas exception.

4) Allez-vous encore surprendre les lecteurs ?

Sans surprise, il n’y a pas d’intérêt. Si je deviens prévisible, autant arrêter d’écrire. Il y aura des retournements, des surprises, des mystères. L’intrigue non policière occupera une place plus importante que dans les deux premiers romans. Quant à la fin, je n’en dis rien, mais elle fait froid dans le dos, pas forcément pour les raisons que vous pouvez imaginer.

5) Etes-vous toujours conseillé par de vrais policiers pour les enquêtes de vos romans ?

Plus que jamais. Avant d’écrire une ligne, je soumets toujours mes idées à mon informateur principal, qui m’aide à la transformer en une intrigue réaliste. Sans lui, mes livres perdraient une grande partie de leur attrait. J’aime aussi lire des livres ou collectionner des faits divers en rapport avec mon sujet du moment.

6) Peut-on lire Le sang de nos pères indépendamment des deux premiers romans de cette série ?

Tout à fait. Un lecteur qui découvrira ma série en lisant ce roman n’aura pas le sentiment d’avoir raté quelque chose. Il découvrira le groupe et les personnages récurrents, plus quelques autres introduits dans ce livre, sans avoir besoin de retourner en arrière. Quant aux lecteurs fidèles, ils suivront surtout l’évolution des personnages, leur cheminement dans la vie, similaire à celui de n’importe quel être humain. J’essaie de ne laisser aucune intrigue ouverte à la fin d’un roman. Quand on ouvre le suivant, on découvre que du temps a passé et que certaines choses ont eu lieu pendant cet intervalle.

7) Pour quand est prévue sa publication ?

Je prévois de le publier début mai. Il participera au concours des Plumes francophones, qui commence généralement le 1er mai. Le temps de le mettre en ligne, il devrait être disponible le 2 mai.

 

8) Comment est-ce que cela se passe pour planifier une publication pendant cette période de confinement ?

Déjà, il faut savoir que l’écrasante majorité des maisons d’édition traditionnelles ont suspendu leurs parutions prévues pour les prochaines semaines. Le secteur du livre est totalement à l’arrêt. La période de confinement est donc pauvre en nouveautés. Paradoxalement, j’ai remarqué que le confinement avait un impact positif sur mes ventes. Au lieu de continuer à baisser, elles ont subitement remonté. J’ai donc décidé de maintenir mon projet de publication. L’un des avantages de l’indépendance est de ne pas devoir suivre le calendrier des grands éditeurs. Je peux donc utiliser mon temps libre à préparer le lancement, à envoyer des exemplaires de service de presse, à réaliser des vidéos et à annoncer la parution du roman. De toute façon, je participe à très peu d’événements physiques (comme des salons ou des dédicaces). Pour moi, cette sortie n’est pas très différente des autres, sauf le temps supplémentaire dont je dispose

.

9) Où peut-on suivre votre actualité et comment se procurer Le sang de nos pères et vos autres ouvrages ?

Le premier réflexe est de s’inscrire à  ma lettre d’informationsma lettre d’information :  On peut également suivre mon actualité sur ma page Facebook ma page Facebook Guy Morant auteur. J’ai aussi des comptes Twitter et Instagram, que je nourris en contenu exclusif, mais Facebook est mon moyen de communication principal. Pour se procurer mes ouvrages, Amazon reste pour l’instant la seule plateforme où ils sont disponibles, même si j’envisage de publier Effondrement sur Kobo dans les semaines à venir. Ma page auteur sur Amazon

10) Quels sont vos autres projets actuels ?

Je ne me suis pas encore lancé dans un nouveau projet d’écriture, parce que je sais par expérience qu’un nouveau livre absorbe tout mon temps dès lors où je commence à travailler sur une idée qui me plaît. J’ai aussi besoin de rester concentré sur le roman dont je réalise la promotion, sans quoi j’ai tendance à perdre ma motivation. Dans le cadre de cette promotion, je me suis mis à la vidéo.

Je m’apprête à créer une nouvelle bande annonce de livre, mais je ne veux pas m’en tenir à cet exercice un peu convenu. Une idée m’occupe depuis plusieurs années : transmettre le savoir-faire que j’ai appris en matière d’écriture et de dramaturgie, comme le fait par exemple Sylvain Forge. La vidéo est le meilleur moyen de présenter mes idées sous une forme aboutie. Je mettrai en lignes mes premières vidéos thématiques dans les semaines à venir. Si j’arrive à intéresser un public d’auteurs ou d’aspirants-auteurs, je continuerai.

 

 

Le Sang de nos pères, bande annonce

2 commentaires sur “Interview de Guy Morant: Le sang de nos pères, nouveau roman policier

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour Sandrine,
    Je suis très heureux de voir paraître cette interview. Vous connaissez mes deux premiers livres ; vos questions possèdent donc cette pertinence qui pourrait faire défaut ailleurs.
    Par définition, un auteur aspire à être compris plus encore qu’apprécié. Votre interview constitue précisément pour moi une occasion d’offrir quelques explications, dont j’espère qu’elles éclaireront ma démarche. Je vous remercie pour cela, et pour vos chroniques de grande qualité.

    Aimé par 1 personne

    1. Je vous remercie aussi de mon côté d’avoir répondu à mes questions et de votre collaboration fidèle avec la Plume d’Isandre. Et après cette interview teaser, j’ai encore plus hâte de me plonger dans ce roman, qui me ménage déjà beaucoup de suspense !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :