La terre est ronde comme un losange, Emmanuelle Urien, éditions Eyrolles

Des thèmes sensibles sont abordés dans ce roman, et il mériterait que je vous les cite, car ils sont importants, mais en même temps, l’auteur ne les dévoile pas immédiatement, et nous emmène sur d’autres pistes, en jouant avec les clichés puis en les déjouant, aussi je ne peux vous les révéler !

Mais la dernière phrase de la 4e de couverture correspond complètement au livre:

Sous l’apparence de la légèreté et de l’humour, ce roman explore la complexité des relations sociales et familiales (et j’ajouterais sexuelles) et revendique le droit à la différence (et je dirais à l’originalité).


Est-ce que la couverture m’inspire ? Est-ce qu’elle correspond au livre ?

Je trouve la couverture tout aussi belle qu’intrigante, et oui elle correspond bien au livre.

5 mots pour décrire ce livre ?

Polyglotte, Voisinage, Navette Spatiale, Famille

Dans quel univers le livre m’a t’il transportée ? Est-ce que c’est un univers qui me plaît ?

D’un côté on est dans l’univers d’un trio:

  • Alexis, un contrebassiste mélancolique, à la soeur fantaisiste, s’installe à Toulouse au dessus de chez Andrea, une psychologue allemande irrascible. On va découvrir leur 3 vies, ainsi que leurs secrets. et des liens très forts vont se nouer entre ces 3 personnages.
  • La particularité d’Andrea est qu’elle est psychologue pour des astronautes envoyés dans l’espace. On va donc aussi voir ce qu’il se passe dans la navette spatiale côté relations humaines.
    Et pour ces deux univers, ce sont les relations humaines, familiales et sentimentales qui sont au coeur du sujet, mais aussi la résilience, et les solutions originales. J’ai beaucoup aimé l’idée de suivre des astronautes, et de montrer que la complexité des relations sentimentales ne disparaît pas parce que l’on se trouve dans l’espace, bien au contraire ! Et certaines trouvailles de l’auteur m’ont beaucoup amusée, notamment les « exercices de chaos » auxquels s’astreint la psychorigide Andrea (qui jure aussi en allemand comme un charretier).

Est-ce que l’intrigue est prenante ?

Oui, on a tout à fait envie de savoir ce qu’il va arriver à chacun des personnages, surtout les plus drôles !

Les personnages sont-ils attachants ?

Les personnages sont surtout intéressants et originaux, certains sont attachants, d’autres moins, on croise même Thomas Pesquet dans les personnages secondaires à moment donné.

Ai-je été surprise ?

Oui, l’auteur s’amuse avec nos clichés pour nous mener par le bout du nez jusqu’à des révélations innatendues. Et aussi par le nombre de langues utilisées (et heureusement traduites) dans le roman, et qui ne sont pas toutes dans l’alphabet latin.

Est-ce que c’est la suite d’un auteur que j’ai déjà aimé lire ?

Oui, j’ai rencontré Emmanuelle Urien il y a longtemps, à l’époque où nous faisions toutes les deux des concours de nouvelles, j’étais souvent 2e sur le podium à sa suite ! Nous avons aussi figuré toutes les deux dans le même recueil de nouvelles, suite à un de ces concours. J’avais lu un ou deux de ses recueils, qui étaient plutôt noirs. J’ai ensuite vu qu’elle faisait une belle carrière d’autrice éditée, ce qui ne m’a pas étonnée, et donc lorsque les éditions Eyrolles m’ont proposé ce roman à chroniquer, je ne pouvais pas le laisser passer. Ce que j’avais retenu de son style, c’est une grande dextérité, que j’ai retrouvé dans La Terre est ronde comme un losange, mais aussi dans ce que j’avais lu un style plutôt noir. J’étais donc étonnée de la retrouver chez les éditions Eyrolles, plutôt feel good, et curieuse de voir ce que cela allait donner. Ceci dit, j’ai déjà lu le très grinçant Julien le bienfaiteur chez cet éditeur. Finalement, la Terre est ronde comme un losange est différent de ce que j’avais déjà lu de cet autrice, mais en même temps on reconnaît tout à fait son style. Pas aussi noir et grinçant que Julien le bienfaiteur mais très drôle aussi.

Est-ce que ce livre m’a aidée à grandir ?

Il a combattu mes préjugés, clichés et présuposés.

Est-ce que j’ai appris quelque chose ?

Des jurons en allemand.

Quelles émotions ai-je ressenti ? Est-ce que j’ai passé un bon moment ?

Amusement (beaucoup d’humour dans ce roman), compassion, étonnement et aussi malaise.

Est-ce que le style d’écriture m’a plu ?

Complètement oui, Emmanuelle Urien manie l’humour polyglotte avec tendresse pour ses personnages, mais aussi sans pitié pour leurs défauts.

Où lire cet ouvrage ? Dans quel cadre ?

Votre prochain voyage dans l’espace ?

Lire quelques lignes ? Un extrait ? Passages marquants ?

On peut lire les premières pages sur https://www.editions-eyrolles.com/Livre/9782212572445/la-terre-est-ronde-comme-un-losange

L’intrigue est-elle compliquée à comprendre ?

Absolument pas.

Ai-je aimé la fin ?

La conclusion oui, en revanche il y a un choix bizarre des personnages à la fin qui me choque un peu, un des personnages a un moment de doute avec la même réticence que moi, mais vite chassée…En fait, j’ai préféré je crois les trois premiers quarts du livre.

Roman trop long, trop court ou de la bonne longueur ?

Bonne longueur, cela se lit assez vite, et ça fait partie des romans que l’on prend plaisir à lire rapidement.

J’ai aimé un peu, bien, beaucoup, à la folie, pas du tout ?

Bien

Quelle musique écouter en lisant ce livre ?

Space oddity
https://m.youtube.com/watch?v=iYYRH4apXDo

2 commentaires sur “La terre est ronde comme un losange, Emmanuelle Urien, éditions Eyrolles

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :