Chronique en questions: Italienne Sang pour Sang, de Sophie Floreani, nouvelle version

Une nouvelle chronique en questions avec Italienne Sang pour Sang de Sophie Floreani, qui va nous emmener de l’Italie à la France et de la France à l’Italie, mais pour la voie de retour, ce ne sera pas par le chemin le plus direct et le plus facile pour son personnage principal.

Vous pouvez aussi lire la réponse de Sophie Floreani à cet article dans les commentaires sous l’article.

Est-ce que la couverture m’inspire ? Est-ce qu’elle correspond au livre ?

Je trouve très beau le fond avec la mer et le Vésuve, le contraste avec les couleurs de la robe du personnage, mais l’ensemble me donnait l’impression, à tort, que cela allait être un peu trop romance pour moi. Alors oui, la couverture correspond bien au roman, avec l’Italie, puis Naples toujours en toile de fond, et une vie de femme. A la voir sourire, on l’imagine souriante et pleine d’espoir, mais le personnage principal, Abondance, que l’on voit tout à fait sous les traits de cette jeune femme, va traverser beaucoup de difficultés. Cependant, l’Italie est bien le pays qui lui réchauffe le coeur et lui redonne le sourire. Et il y a bien des histoires d’amour dans le récit, mais ce n’est pas une romance.

1 phrase pour décrire ce livre ?

La vie d’une femme issue de l’immigration italienne en France, qui vivra diverses expatriations et aventures sans jamais oublier ses racines, vers lesquelles elle finira par retourner.

Dans quel univers le livre m’a t’il transportée ? Est-ce que c’est un univers qui me plaît ?

Il y a une première partie dans ce livre, où on découvre le récit de l’existence des grand parents et parents d’Abondance, puis on se focalise sur sa vie. Les deux parties ont un ton de récit différent, et j’ai apprécié les deux. On va découvrir le parcours de vie d’Abondance de manière encore plus intime, mais l’intégration en France de ses ascendants italiens m’a vraiment intéressée.

Est-ce que l’intrigue est prenante ?

Par moments, j’ai été complètement absorbée par le récit, à d’autres, je l’ai mis un peu de côté, et repris plus tard, parce qu’il me procurait beaucoup d’émotions et j’avais besoin de digérer un peu.

Est-ce que je me suis identifiée aux personnages ? Sont-ils attachants ?

Abondance serait plutôt comme une amie à qui je ne ressemble pas complètement, mais avec qui j’ai beaucoup de points communs: mes grands parents maternels ont aussi immigré d’Italie en France, j’ai eu besoin de retrouver mes racines à moment donné, d’apprendre l’italien, de vivre en Italie, mais cela a été plutôt au début de ma vie d’adulte, et ensuite j’ai avancé vers autre chose. La vie m’a fait avancer vers autre chose. Tandis qu’Abondance reste toujours viscéralement attachée à l’Italie. Je connais aussi la plupart des titres italiens qu’écoute Abondance, mais c’est mon mari qui les écoutais en boucle (en revanche, j’ai épousé un français aux origines italiennes, comme moi). Mais on ne rate presque aucun disque du festival de San Remo ni l’un ni l’autre. C’est aussi une vie de femme, avec ses déceptions amoureuses, les problèmes de communication dans le couple, etc…Même si je suis beaucoup plus introvertie, je suis tout aussi romantique et émotive qu’Abondance, et cela m’a aussi joué parfois des tours, et je reconnais aussi mon côté italien passionné et romantique qui ne colle pas toujours avec la France cartésienne… Et dans ces difficultés que cette femme traverse, je n’ai pu que m’attacher à elle, par solidarité féminine. Une certaine admiration pour le personnage aussi, parce que l’héroïne est amenée à faire des choix difficiles pour respecter ses valeurs, des choix qui ne lui rendent pas la vie plus facile et plus douce. Mais elle choisit ses valeurs d’abord.

J’ai aussi beaucoup aimé la 1e partie où l’on découvre l’histoire de la famille d’Abondance, de l’immigration en France à sa naissance, où le récit la transpose ensuite en personnage principal.

Ai-je été surprise ?

Oui, je pensais que cela allait beaucoup parler de l’Italie mais depuis l’Italie. En fait, l’Italie est toujours très présente, mais au travers d’autres pays également. Je ne m’attendais pas non plus aux récits sur l’expatriation, qui m’ont forcément beaucoup intéressée aussi.

Est-ce que c’est la suite d’un auteur que j’ai déjà aimé lire ?

C’est le premier roman de Sophie Floreani. Il devrait y avoir une suite, qui est en cours d’écriture. La traduction en italien est aussi en cours.

Est-ce que ce livre m’a aidée à grandir ?

Oui, c’est toujours intéressant de lire la vie d’autres femmes quand c’est rendu aussi sincèrement. Et cela a libéré beaucoup d’émotions, cela m’a aussi fait réaliser des choses me concernant à cause des similarités de mes racines avec celles d’Abondance.

Est-ce que j’ai appris quelque chose ?

Quelques nouveaux titres de musique italiens à découvrir, Abondance étant une fan de chanteurs italiens.

J’ai rencontré lorsque j’étais en Autriche des femmes qui vivaient leur expatriation de manière « subie », et j’ai pu un peu mieux comprendre grâce à ce récit ce qu’elles vivaient de l’intérieur. Pour moi, l’expatriation a toujours été un choix et un rêve que je réalisais, mais je suis toujours restée en Europe. Tout cela n’est pas le cas d’Abondance.

Quelles émotions ai-je ressenti ? Est-ce que j’ai passé un bon moment ?

Pleins d’émotions ! Certains très bons moments, et d’autres où j’ai été remuée. Sophie Floreani sait appuyer sur la corde sensible.

Est-ce que c’est une lecture que je peux partager avec mes enfants, famille, amis ? A qui est-ce que ce livre peut plaire ?

Ma Maman (d’origine italienne aussi donc). Ma grand mère aurait aussi beaucoup aimé je pense. Je pense que des personnes étant attachées à leurs racines italiennes peuvent vraiment l’apprécier, ou ceux qui veulent comprendre un peu plus l’histoire de ces familles arrivées d’Italie vers les années 30 et surtout ce qu’elles ont pu ressentir, ainsi que leurs descendants.

Je le recommande aussi aux expatriés, qui reconnaîtront peut-être certaines de leurs expériences, qu’elles soient plaisantes ou des épreuves. Aux personnes expatriés qui ont un « conjoint suiveur » pour mieux le comprendre.

Les amateurs de romance pourront aimer aussi.
Cela peut être un bon titre pour un cadeau de Noël.

Est-ce que le style d’écriture m’a plu ?

Oui, j’ai bien aimé le traitement très humain de chaque personnage, le jeu sur nos émotions, je regrette juste un peu quelques longueurs, surtout vers la fin.

Où lire cet ouvrage ? Dans quel cadre ?

Je l’ai lu dans mon jardin au milieu des roses, et c’était parfait. Je pense que ce doit être intéressant de le lire en Italie. Comme on ne peut pas vraiment voyager actuellement, c’est aussi un bon roman pour vous dépayser, et découvrir plusieurs pays, même pendant ce 2e confinement.

Lire quelques lignes ? Un extrait ? Passages marquants ?

les premières pages du roman sur BOD

 L’intrigue est-elle compliquée à comprendre ?

Absolument pas, en revanche, elle est riche en rebondissements, amoureux surtout (mais pas seulement)

Avez-vous rencontré des passages un peu long ? Avez-vous aimé la fin ?

Paradoxalement, c’est au moment où Abondance arrive à Naples que j’ai trouvé plus de longueurs. Peut-être que j’en attendais trop, car on comprend très vite que c’est la destination « idéale » et aussi parce que je connais la ville, et si je la reconnais bien dans les descriptions d’Abondance, il y a eu pour moi beaucoup moins de découvertes que dans les autres parties du récit, c’était un peu trop descriptif. Il y a pourtant un rebondissement que l’on n’attendait plus…J’ai trouvé la dernière scène de fin un peu abrupte, et beaucoup moins originale que tout le reste du roman. En  revanche elle donne envie de savoir la suite.

Est-ce que j’ai aimé un peu, beaucoup, ….

Beaucoup

Quelle musique écouter en lisant ce livre ?

Vous trouverez la playlist dans le récit 🙂 ! Abondance écoute beaucoup de chanteurs italiens.

Sinon un peu facile mais bien sûr mais  tellement ça 🙂

Toto Cutogno, L’italiano

et pour vous mettre à la page

San Remo 2020

Un commentaire sur “Chronique en questions: Italienne Sang pour Sang, de Sophie Floreani, nouvelle version

Ajouter un commentaire

  1. Merci pour cette belle chronique. Vous décrivez avec justesse les émotions que j’ai voulu transmettre dans mon roman, l’hommage aux immigrés italiens venus en France, les joies et peines de l’expatriation, la quête identitaire de l’héroïne, Abondance, et sa recherche inconditionnelle de l’Amour.
    Le tout sur fond d’Italie avec Naples en apothéose.
    Dans la partie napolitaine, j’ai volontairement choisi un rythme ralenti, pour traduire l’apaisement d’Abondance et laisser la place à son émerveillement.
    Je confirme qu’une suite est en cours, ainsi que la version italienne.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :